(c) Balogh
agrandir l'imageagrandir l'image
(c) Balogh
(c) Balogh(c) Balogh(c) Balogh(c) Balogh(c) Balogh

Theatrical Suggestions (After Brouillet)

Ecoutez l'artiste vous parler en bas de page... (en allemand)

Dans la série « Theatrical Suggestions (After Brouillet) », Balogh s’inspire d’une peinture d’André Brouillet (1857-1914), « Une Leçon Clinique à la Salpêtrière » (1887), qui montre comment le neurologue Jean-Marie Charcot (1825-1893) traite une patiente devant un parterre de collègues. On y voit une femme hypnotisée, renversée en arrière et retenue par l’assistant de Charcot qui la présente au collège des médecins.

Des comédiens célèbres ont étudié cette position particulière sur place, à la Salpêtrière. En 1928, les surréalistes ont même fêté les 50 ans de l’hystérie en se référant à Charcot. En s’intéressant aux études menées par Charcot sur les femmes hystériques, le photographe tisse un lien avec le discours qui affirme que l’hystérie se rapproche de la mise en scène théâtrale. Charcot lui-même décrivait dans ses documents photographiques des exemples spectaculaires de patients qui se comportaient comme s’ils jouaient le rôle de leur vie. La médecine moderne confirme que les symptômes apparaissent le plus souvent lorsque la personne se retrouve face à face avec un autre individu. Ce n’est donc pas un hasard si l’interaction hystérique apparaît comme l’archétype du rapport de force entre l’homme et la femme ; mais cette première interprétation s’inverse en seconde lecture de l’image.

Avec ses « constructions théâtrales », Balogh thématise une interaction qui incarne à elle seule un jeu de scène. L’accent n’est pas mis sur la déviance, mais plutôt sur cet instant théâtral du laisser-aller qui ne donne d’autre choix que de conjuguer avec ce qui arrive. Comme dans l’interaction hystérique, la personne en train de tomber se présente sans aucune protection, molle et lascive. La comédie tendancieuse de l’hystérique confronte la personne lui servant de soutien à la question inéluctable de savoir comment réagir. Le visage éclairé, cette figure joue un rôle où se mêlent la sensation de protection et l’insécurité dégagée par l’opportunité. Ces personnages ambigus sont fiers, mais semblent comme pris au piège de leur propre instinct de protection. Ces images mettent en scène cet instant trouble, proche de l’impact symbolique généré par le jeu de scène, instant par rapport auquel le spectateur devra se situer.

Pascal Kaegi

 

Istvan Balogh, né en 1962 à Berne, vit et travaille à Zurich. Diplômé de la Hochschule der Künste de Zurich (ZHdK, 1988), il y est chargé de cours depuis 1992. Dès 1989, il réalise diverses expositions en Suisse et à l’étranger.

>>>> www.istvanbalogh.net

>>> TROUVER L'EXPOSITION SUR LE PLAN

Carte Blanche Audio à Istvan Balogh.... Ecoutez-le! (en allemand)


Télécharger | MP3 5.71 MB
website by aquaverde